Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2021 7 17 /10 /octobre /2021 11:12

Au fronton du collège de Vincent il est écrit

LIBERTÉ EGALITÉ FRATERNITÉ, nous vivons LIBERTÉ EGALITE FRATERNITÉ

Depuis 4 ans dans son collège, je ne vois toujours pas la mise en pratique de la volonté d’Égalité de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 présente dans notre constitution comme pivot indispensable à une démocratie.

Cette année, encore plus que les autres !

Vincent est en 3è, dans un collège qui expérimente un partenariat Éducation Nationale / ARS pas l’intervention d’un SSEFIS, Service de Soutien à l’Éducation Familiale et à l'Intégration Scolaire.

Concrètement, le SSEFIS doit placer et rémunérer des interprètes et/ou des interfaces maîtrisant la LSF dans les classes de ce collège où un élève sourd est scolarisé.

Dans la vie scolaire de Vincent, faute de personnel depuis septembre, les cours se passent à plus de 75% sans interprètes.

Il aura 15 ans demain, lundi 18 octobre, il est motivé, il aime apprendre, il aime ses professeurs, il adore l’histoire, les mathématiques, la SVT et depuis la rentrée il vit une frustration terrible qui monte de plus en plus fort au fur et à mesure que les semaines passent.

Une heure d’histoire avec interprète, une heure sans et l’impression d’être coulé par le système, maltraité.

Il s’inquiète, il est triste, il fait des cauchemars, il me demande :

« Comment je vais faire pour les évaluations, pour le brevet blanc, pour le brevet ? »

Et je n’ai pas de réponse, juste de la colère.

Alors qu’il construit dans sa tête son rêve de parcours professionnel, la société a placé devant lui un mur infranchissable.

L’année prochaine, un lycée où ? Avec quel accompagnement ?

Dans le Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946, le point 13 dit ceci :

13. La Nation garantit l'égal accès de l'enfant et de l'adulte à l'instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L'organisation de l'enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l'Etat.

Nous l’avons élevé dans le respect de la République et elle le trahit.

Il s’accroche, ses vacances il va les passer à essayer de rattraper le retard accumulé.

Cette situation n’est pas unique, je sais, c’est le lot de la majorité des jeunes sourds, ils doivent se débrouiller seuls, faire preuve de volonté, à eux de se battre pour bénéficier de l’instruction scolaire mais pourquoi accepter cela ?

Pourquoi personne ne s’indigne de cela ?

Nous sommes au 21è siècle et les droits de Vincent, jeune sourd né dans le 93 sont méprisés.

Désolé mais je n’accepte pas, même si c’est le cas pour beaucoup.

Je n’accepte pas que son avenir soit de percevoir l’allocation d’adulte handicapé et de survivre en marge de la société.

NON

Il veut agir pour protéger la planète, il veut sensibiliser à la protection de l’environnement. Il veut encore et encore apprendre en histoire, il veut dessiner tout cela pour le rendre accessible à tous.

Il se sent citoyen, il veut participer, il veut prendre sa place dans la société mais tout semble organisé pour l’en empêcher !

Mais croyez-vous, mesdames et messieurs qui gérez ce système inique que nous allons baisser le bras ? Non, nous allons lui apprendre à résister et à se battre.

Les services du ministère affirment travailler sur les parcours en LSF, les PEJS, Pôle d'Enseignement pour les Jeunes Sourds, ou d’autres structures.

Mais cela fait plus de 10 ans qu’ils ne font qu’y penser, qu’y travailler sans aucuns résultats concrets.

Vincent avait 3 ans quand j’interpelai, lors d’un colloque, la responsable de la scolarité des jeunes sourds au sein du ministère de l’Éducation Nationale au sujet de la situation scolaire de mon fils.

Demain il va en avoir 15, rien n’a bougé, la situation des élèves a même régressé par manque de moyens financiers.

Entre temps j’ai préparé des dossiers, envoyé des informations, montré l’importance d’un parcours régulier et complet en langue des signes pour les élèves sourds à tous ces responsables.

Sans résultats !

Je veux qu’il reste DEBOUT, je veux continuer à le lui apprendre.

Je veux de l’espoir pour lui alors que le système scolaire ne lui propose que la désespérance organisée !

Nous allons continuer à nous battre pour que la devise de la République soit, un jour, une réalité pour Vincent.

 

Vous avez dit LIBERTE EGALITE FRATERNITE
Partager cet article
Repost0
Published by catherine Vella