Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 octobre 2017 1 02 /10 /octobre /2017 18:04
Nouveau défi

Comme tous les parents, notre vie est rythmée par les grandes étapes de la vie de notre enfant, mais peut-être pas réellement comme tous les parents.

Comme tous les autres, après le bonheur immense de l'arrivée de notre bébé soleil, nous avons mené notre premier combat : trouver un mode de garde pour lui !

La grosse galère !

Je passerai l'étape terrifiante de l'assistante maternelle, tout sourire en début, avec un maison proprette, claire et pleine de jouets qui petit à petit change, les jouets disparaissent, les 3 enfants gardés deviennent 4 puis 5, la télé en permanence allumé sur TF1, des enfants laissés souvent sans surveillance ou gardés par on ne sait qui, notre enfant, dont on soupçonnait les difficultés auditives, mais qui, pour elle, n'était qu'un enfant têtu et qui refusait d'écouter par méchanceté, bref, le cauchemars.

Heureusement, pour ses deux ans, Vincent est entré en crèche.

Débarrassés du monstre qui le gardait, mais là notre nouvelle vie a commencé, dépistage de la surdité, puis du problème cardiaque et nous sommes entrés brutalement dans un autre monde, lui comme nous.

Nos vies mises entre parenthèse pour des combats rudes et pourtant justes pour obtenir l'essentiel, faire respecter notre choix éducatif, obtenir une AVS, puis, trouver une AVS qui maitrise la LSF, apprendre la LSF, trouver une classe bilingue, se battre pour un animateur signant au centre de loisirs. Nos soirées étaient toutes consacrées à discuter, à échanger avec d'autres, à chercher de l'information, à rédiger des courriers, et d'autres courriers, des recommandés, des demande de recours, des plaintes. Nos week-ends étaient pleins de sorites à la rencontre de la culture sourde, de la communauté sourde, des contes, des fêtes, des pièces de théâtre bilingues, des week-ends parents, des festivals, des congrès, des forums, des universités d'été.

Nous sommes entrés dans un tourbillon.

Nos vies se sont remplies de larmes de colère face aux manques d'accessibilité pour la scolarité, pour les activités périscolaires, pour la culture, pour les loisirs de notre petit prince.

Ils ont été nombreux les gros moments de déprime, parce que personne n'entendait notre désespoir, parce que pas d'aide pour apprendre la LSF rapidement et accompagner notre enfant dans l'entrée dans une langue, parce qu’il fallait pousser des murs qui semblaient infranchissables pour ses droits, parce qu'il fallait « gravir des Everest en tong » pour tout !

Nos vies se sont remplies de rage contre le corps médical qui voulait absolument procéder à l’ablation des cellules cillées de notre fils pour les remplacer par des électrodes alors que nous ne voulions pas.

Nos vies sont remplies d'angoisse quand il faut retourner à Necker pour les contrôles cardiaques.

Cette tempête secoue nos vies et nos âmes, nous ballote de sourires en larmes et de colères en espoirs.

De ce vortex implacable émergent des visages, des mains tendues, des amitiés magnifiques, de grands puits de lumière dans notre ciel agités.

8 années ont passé, Vincent va bientôt avoir 11 ans, c'est un petit homme adorable et bien dans sa vie, dans sa langue, dans ses cultures.

Mais se profile à l'horizon un nouveau défi, le collège, l’adolescence.

La tempête s’apaisait, nous avons passé quelques étapes, désormais une nouvelle aventure nous attend.

Un collège, oui mais où, comment ? Un collège lointain, avec des enfants sourds et entendants, ou un collège uniquement réservé aux élèves sourds ?

Un collège pour avancer dans les apprentissages ? Oui mais où et comment ? Un collège où Vincent pourra vivre son adolescence sereinement, enfin, s’il est possible de passer cette étape de la vie sereinement !

Se construire comme pré-adulte, comme n’étant plus enfant, comme adolescent est déjà une étape cruciale dans la vie d'une personne, mais là nous devons prendre en compte un paramètre supplémentaire, Vincent est sourd, sa langue est la LSF, il doit renforcer son identité, acquérir la force nécessaire à sa future vie d'adulte.

Les batailles vont donc reprendre mais cette fois ne faudrait-il pas, petit à petit, qu'il se batte avec nous ?

Nous devons décider tous les trois, ensemble, du où et du comment pour le collège et ce n'est pas simple !

Et puis, l'adolescence, même étape que pour toutes les autres familles, sans doute oui mais avec ce petit truc en plus, le sentiment très fort qu'il faut préparer notre fils à affronter un monde où il va devoir se battre pour avoir une place.

C'est si clair !

Les jeunes sourds doivent lutter bec et ongles pour faire accepter leurs choix d'orientation scolaire, puis professionnelles, rares sont les filières qui leurs sont facilement accessibles.

Une étude du ministère de la santé alerte sur la proportion énorme d’adolescents sourds souffrant de dépression plus ou moins grave, très largement supérieure à la moyenne des adolescents en général.

Les questions fusent dans nos têtes, nous parents, comment l'aider à se construire sans sombrer ?

Nous avions construit une bulle protectrice qui lui a permis de grandir sereinement et de prendre confiance en lui, peu à peu cette bulle va devoir s'estomper et tout doucement il devra se confronter à la tempête du monde.

Il va faire ses choix, et nous devrons le soutenir sans l'étouffer.

Il va, petit à petit, se frayer un passage dans cette société qui ne laisse aucune place pour les sourds.

Nous devons l'y préparer, mais comment ?

Il nous reste quelques mois avant d'entrer dans cette nouvelle étape, peut-être le moment pour nous de reprendre notre souffle, de reprendre des forces, sans doute, nous en aurons besoin.

Mais non ! J’oubliais, la MDPH, l’appartement, les alarmes lumineuses qu’on nous refuse depuis plusieurs années. Comme si les administratifs de la MDPH ne pouvait pas envisager qu’un enfant sourd peut être parfaitement avoir l’envie et la capacité de rester seul à la maison pendant quelques heures pour peu que son environnement soit sécurisé !

L’année prochaine, plus de centre de loisirs, alors pendant les vacances, où ira-t-il si notre appartement ne le lui permet pas ?

Une année de petite respiration donc, le prélude à une nouvelle aventure mais cette fois si, j’ai le sentiment que nous serons vite  trois pour affronter les tempêtes et les orages de la vie. Notre petit homme grandit, la solution est peut-être de lui faire confiance, avoir confiance en son intelligence de vie, en sa richesse de cœur, en son énergie, à son impressionnante capacité d’adaptation.

Peut-être la clé c’est cela, la confiance et aussi de croire en la force de l’amitié et de l’amour.

Ces regards, ces mains tendus, ces sourires, tous ces amis rencontrés depuis 8 ans, nous savons qu’ils sont des havres de douceurs et de paix dans l’océan agité où nos vies voyagent depuis tant d’années.

Nous savons que pour Vincent, ils sont des phares brillants et rassurants, des repères magnifiques, des Sourds extraordinaires et des entendantEs merveilleuxE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by catherine Vella - dans notre histoire
commenter cet article
25 septembre 2017 1 25 /09 /septembre /2017 17:08

Bonjour

1)

24 septembre ARTE a fait un mini mini reportage sur Vincent

http://info.arte.tv/fr/il-ton-age-vincent-sourd-de-naissance

Dans le cadre d'un ARTE Junior consacré à la Journée Mondiale des Sourds.

http://info.arte.tv/fr/il-ton-age-vincent-sourd-de-naissance

2)

Cet été, au festival de Douarnenez, Vincent a découvert que l'on pouvait être sourd et député comme en Autriche, en sortant du documentaire autrichien il m'a dit qu'il voulait devenir président de la République, son programme est prêt, je lui ai demandé l'autorisation de le filmer pour conserver la mémoire de ses idées à 10 ans.

https://www.youtube.com/watch?v=_pnToGa6-54&t=15s

Pour activer les sous-titres, c'est le petit rectangle en bas à droite.

3)

L'atelier théâtre à IVT,

https://www.youtube.com/watch?v=9cKjIsAP5sA&t=8s

 

 

 

 

Repost 0
Published by catherine Vella
16 juin 2017 5 16 /06 /juin /2017 06:10

ce que j'attends de mon futur député à l'Assemblée Nationale :


Qu'il fasse respecter la Constitution , et donc que la Nation garantisse l'égal accès de l'enfant et de l'adulte à l'instruction, à la formation professionnelle et à la culture.
Donc de TOUS les enfants et de TOUS les adultes de cette nation France. Car L'organisation de l'enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l'Etat.
(cf paragraphe n° 13 du préambule de la Constitution de 1946)


Or aujourd'hui, combien d'enfants ont un parcours scolaire déficient, inadapté, inaccessible !
Les enfants sourds du 93 qui s'expriment en LSF sont priés d'aller voir ailleurs dès septembre 2018, dans un autre département, si un établissement veut bien les scolariser au prétexte que le 93 ne peut pas scolariser tout le monde !


Et que leurs propose-t-on souvent ? Des "éducateurs enseignants" à la place d'enseignants, un programme édulcoré et non contrôlé par l’Éducation Nationale, bref un parcours scolaire au rabais pour des enfants oubliés de la société !


Nous, les parents, nous parlons d'éducation, d'instruction, de réussite, de parcours scolaire cohérent, on nous répond chiffre et gros sous. Et s'il n'y avait qu'un seul élève sourd dans le 93, n'aurait il pas le droit à l'éducation, aux contenus scolaires, aux apprentissages ?
Comment peut-on décider d'emblée que nos enfants sourds sont à exclure de toute chance !
Ou plutôt que le seul espoir de nos enfants c'est que leur parents se battent comme des lions pour compenser les manques de l’Éducation Nationale !


Alors madame ou monsieur la ou le député, j'attends que l'Etat assume son devoir envers mon fils sourd qui vit dans le 93, comme il doit l'assumer pour tous les enfants de France, parce qu'il a les mêmes droits que les autres, lui et ses camarades sourds, et que j'entends les faire respecter.

Repost 0
Published by catherine Vella
commenter cet article
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 20:33

 

MONTREUIL LE 5 MAI 2017

 

 

Lettre pour les candidats aux législatives

Du 11 et 18 juin, circonscription de Montreuil/Bagnolet.

 

 

Mesdames, Messieurs,

 

 

Je me nomme Catherine Vella, présidente de l’Association de Parents d’Enfants Sourds du 93, APES 93, Présidente de l’ANPES (Association Nationale de Parents d’Enfants Sourds) et secrétaire générale de l’association DEUX MAINS POUR S'ENTENDRE

Je me permets de vous contacter au nom de l’association DEUX MAINS POUR S'ENTENDRE car vous êtes candidat (e) aux prochaines élections législatives.

 

Les membres de l’ANPES et de APES 93 sont des parents d’enfants sourds ayant fait le choix d’une éducation bilingue pour leurs enfants, dans cette éducation et dans le parcours scolaire de ces enfants, la LSF est la langue d’expression de communication, la langue première et le français est appris sous sa forme écrite pendant le temps scolaire et peut être appris sous sa forme orale, si les familles le souhaitent, mais uniquement hors du temps scolaire.

Dans notre association de Montreuil, DEUX MAINS POUR S’ENTENDRE il y a des enfants entendants de familles sourdes, des enfants sourds, des enfants malentendants, certains ont comme langue première la langue des signes française, LSF, certains de ces enfants portent des appareillages externes ou internes (implants), certains utilisent également le français oral, d’autre pas du tout.

 

Les enfants sourds de notre association sont différents mais tous attendent de ce pays le droit d’avoir un parcours scolaire et une instruction de même qualité que les autres enfants de leur âge. Or ce n’est pas le cas aujourd’hui.

Les parents souhaitent des crèches avec du personnel formé à accueillir leurs enfants sourds, des centres de loisirs accessibles et un réel accès aux programmes scolaires quelque soit le mode de communication de leurs enfants sourds.

Les jeunes sourds attendent d’avoir accès à des formations qualifiantes, diplômantes, ce qui n’est que très peu le cas, notamment en Seine-Saint-Denis.

Et lorsque ces jeunes sourds ont des diplômes ils attendent que les entreprises acceptent de les accueillir pour leur stage, et leur donne leur chance à l’embauche.

 

 

 

Dans notre département, dans notre circonscription, il n’y a pas de collège ou de lycée qui regrouperaient les élèves sourds et leur permettraient de bénéficier d’une instruction scolaire de qualité égale à elle dont bénéficient les autres enfants, un établissement du vivre ensemble, où chacun, sourds et entendants, apprendraient à grandir ensemble et à se respecter,

Pour les élèves sourds signeurs, dans notre pays, seulement 12 classes de maternelles, 13 classes de primaire, 4 collèges et 4 lycées donnent accès aux contenus scolaires dans la langue de ces élèves, la Langue des Signes Française, le plus proche de notre circonscription est à Noisiel en Seine-et-Marne.

 

Les études supérieures sont un parcours du combattant pour les jeunes sourds qui abandonnent souvent. Les seuls emplois qu’on leur propose sont peu qualifiés et rarement à temps complet, leurs compétences sont souvent ignorées ou dévalorisées.

 

Les adultes sourds qui habitent Montreuil et Bagnolet souhaitent savoir comment vous allez contribuer à faire appliquer leurs droits : droit à la santé, à l’emploi, accès aux droits, accès aux services administratifs, accès à la vie culturelle, à la vie démocratique.

Comment allez-vous mettre en œuvre une réelle accessibilité pour eux, y compris dans votre campagne électorale.

Tous espèrent pouvoir enfin bénéficier de relais téléphonique qui leur permettraient une autonomie complète dans leurs démarches.

Tous espèrent une société qui leur donnera toute leur place.

 

Les membres de l’association et moi, sommes à votre disposition pour une rencontre sur ce sujet, ou nous attendons une réponse écrite de votre part afin de connaitre les éléments de votre programme qui peuvent nous donner un peu d’espoir.

Vous pouvez me joindre au 06 63 85 85 06 pour fixer un éventuel rendez-vous avec vous et votre équipe.

 

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie de recevoir, Mesdames, Messieurs, l’expression de mes salutations respectueuses.

 

 

Catherine VELLA

Au nom des membres de l’association DEUX MAINS POUR S’ENTENDRE

 

 

 

LETTRE DE L’UNE DE NOS MEMBRES

 

Madame, Monsieur,

 

Je suis une étudiante entendante en contact avec l’association “Deux mains pour s’entendre“ depuis bientôt un an et je me permets d’ajouter un court texte à cette belle lettre pour vous parler du point de vue d’un entendant qui, certes a rencontré la culture sourde il y a peu mais y est très attachée.

Je tiens à souligner que les préoccupations mises en lumière par l’association “Deux mains pour s’entendre ne concernent bien évidemment pas que les sourds, mais tous les citoyens de ce pays.

Notre démocratie défend l’égalité et la liberté de chacun de ses citoyens, or je suis frappée de l’absence des Sourds dans l’espace public, que je perçois. Peut-être n’est-ce pas une illusion, malheureusement, et les sourds auraient beaucoup plus de difficulté que d’autres à être égaux et libres dans note société française. Si ce constat m’est insupportable, il l’est pour tous les citoyens. Il est du devoir de nos représentants politiques de continuer à se battre pour faire appliquer cette égalité et défendre l’accessibilité de tous les sourds et malentendants à leurs droits.

Il est bien regrettable que les entendants et les sourds ne soient que très peu en contact les uns avec les autres.

Certes, pour les entendants, les sourds sont des citoyens un peu différents : ils ont deux cultures. La culture sourde a sa propre langue, la Langue des Signes Française, son Histoire, ses Arts... Il suffit de la découvrir, de la rencontrer pour en être persuadé. Je l’écris car ce n’est pas une évidence pour tous les entendants, qui parfois n’ont jamais encore rencontré un sourd dans leur vie et ont une vision erronée de la surdité en général. Cela doit changer. Les artistes font déjà avancer les choses : cinéastes, auteurs de Bandes Dessinées, acteurs, écrivains, parlent des sourds aux entendants et les font se rencontrer. Il faut aller plus loin : il est temps que la politique elle aussi s’empare de cette question et agisse concrètement pour répondre à tous les espoirs formulés ci-dessus par “Deux mains pour s’entendre“.

Beaucoup d’entendants apprennent la Langue des Signes française pour leur plus grand plaisir et souvent pour des raisons professionnelles. Pourquoi cet apprentissage ne serait-il pas largement répandu, notamment pour les enseignants, et ainsi donner aux Sourds le droit à des études riches, longues et aussi variées qu’ils le veulent ?

Rencontrons ceux qui vivent juste à côté de nous.

 

Veuillez recevoir, madame, monsieur, l’assurance de mes salutations distinguées,

 

Camille Alméras

Habitante de Bagnolet

 

 

 

Repost 0
Published by catherine Vella
commenter cet article
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 18:24
Mesdames et Messieurs les candidat (es) s

Mesdames et messieurs les candidats aux législatives, je suis maman d’un petit garçon sourd.

Il a 10 ans.

Il a des rêves plein la tête.

Sa langue est la Langue des Signes.

Vous êtes candidates, candidats, pour préparer et voter des lois, vous êtes donc candidat (es)s pour préparer aussi son avenir, comme celui de tous les enfants vivant sur notre territoire.

Alors que lui promettez-vous, yeux dans les yeux ?

Quel avenir souhaitez-vous lui construire ?

Aura-t-il un collège où poursuivre VRAIMENT sa scolarité, avec les moyens adaptés ?

Aura-t-il un lycée ?

Pourra-t-il se former ?

L’aiderez-vous  par des moyens adéquats à obtenir un diplôme ?

Mettrez-vous en œuvre une politique qui lui  ouvrira les portes d’une entreprise ?

La culture lui sera-t-elle accessible ailleurs qu’à IVT , le magnifique théâtre d’Emmanuelle Laborit ?

Pourra-t-il devenir un citoyen à droit égal à l’information ?

En résumé, en vous présentant, avez-vous pensé à lui ? Et si vous êtes élu (es)s, ne l’oublierez-vous pas ?

Lui, il compte sur vous car pour le moment, les portes sont encore très souvent fermées pour lui, comme pour tous les sourds de ce pays.

Je me bats, depuis 8 ans je me bats comme une folle, avec toute l’énergie de mon amour pour que sa vie soit la même que celui des autres enfants de son quartier, de sa ville, de son pays.

J’y consacre tout mon temps et toutes mes forces parce que je veux qu’il prenne sa place dans notre société.

Vous, Mesdames, Messieurs,  que ferez-vous pour lui ?

Repost 0
Published by catherine Vella
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 20:49
2 vidéos, 5 ans d'écart entre les deux. La première, Vincent à 3 ans, nous venions de découvrir sa surdité, nous découvrions ensemble la LSF. La seconde, un poème de Vincent en 2015, un rêve, un enfant et la lune, Vincent a 8 ans.
Entre ces deux moments que de chemin parcouru, nous sommes si fier de lui, si comblé par notre choix d'une éducation en LSF,.
Avec sa voix il chante et dit quelques tous petits mots, et alors ?
Avec ses mains, ses yeux il dit tellement, avec sa langue il comprend tellement !
2017, 8 ans plus tard, 8 ans après notre choix de cette éducation en LSF, nous sommes toujours aussi heureux d'avoir fait ce choix, nous, parents entendants de notre amour sourd.
Repost 0
Published by catherine Vella
commenter cet article
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 17:50
Collège ou pas collège ??

Ce soir je ne surveille pas les devoirs de Vincent.

Il est en CM1, à Bobigny dans une classe bilingue, la langue d’enseignement est la LSF, toute la journée, pour toutes les matières scolaires.

C’est à Bobigny.

Si le STIF le permettait il pourrait même aller à l’étude ou participer au temps péri scolaire car la mairie à embauché des animateurs sourds pour ces temps là.

Mais ce soir je ne lui ferai pas faire ses devoirs.

A quoi bon ?

Dans deux ans il doit entrer en 6é, mais où ?

Nous habitons dans le 93, pas de collège qui accueille des sourds signants dans notre département, il n’y en a pas non plus à Paris, ni dans le 94, ni dans le 91, ni dans le 78.

Alors où aller ? Sa scolarité va s’arrêter en CM2 ?

Après 4 ans de bonheur comme élève de la classe bilingue de l’école Georges Valbon, tout va s’arrêter pour lui et pour ses camarades de classe sourds aussi, pas d’espoir, pas d’avenir ?

L’avenir qu’on leur propose ce sont des études aux rabais dans des établissements gérés par la santé et c’est tout ?,

Et oui pour les sourds, ce sont les médecins et le paramédical qui prétend s’occuper d’éducation, programme au rabais, études au rabais, diplômes au rabais.

Et une fois obtenus des diplômes de seconde zone, c’est une vie d’AAH, l’allocation d’adulte handicapé, c’est cela que les rectorats d’île de France proposent à nos enfants sourds ?

NON, nous n'acceptons pas cela pour Vincent et lui ne l'accepte pas non plus.

Alors ce soir, nous allons jouer, discuter, prendre du temps tous les trois pour se donner la force d’entamer ce nouveau parcours du combattant.

Repost 0
Published by catherine Vella
commenter cet article
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 18:32

VIE

Ce soir j’écoute « l’Arietta » de la sonate pour piano opus 11 de Beethoven, ce son qui chante, qui pleure, qui parle, si pur, si profond. Cette musique fait vibrer chaque cellule de mon corps. Cette musique qui est moi, qui est le ciment de mon être, qui m’a construite, qui me donne force et énergie qui me donne vie. Le piano, mon instrument, mon univers, ces marteaux de feutre qui caressent les cordes, ce toucher sensuel et profond que j’aime tant.

Dans mon ventre, Vincent a capté toutes ces vibrations, toute leur puissance, sans doute pas de la même façon que moi, ou de la même façon qui sait ?

Oui on dit qu’il est sourd mais qu’est ce que cela veut dire ? Oui il n’entend pas les mots quand je l’appelle mais qui peut savoir ce qu’il ressent de ces vibrations du monde, des voix et de la musique ? Sa cochlée, depuis qu’il est dans mon ventre, lui donne SA perception du monde. Elle n’est pas la même que la mienne mais elle lui appartient, elle l’a construit,

Combien je suis heureuse de ne m’être jamais laissée abattre, de ne jamais avoir accepté qu’on le lui arrache ce petit escargot pour le remplacer par une quelconque technologie !

Mais d’ailleurs, ce que j’entends moi, est-ce la même chose que ce que vous entendez vous ? Ces vibrations, ces ondes qui nous traversent de part en part, produisent elles la même chose sur vous et sur moi ? Je suis certaine que non.

Une personne est un tout, et c’est ce qui permet de tenir droit, D’ÊTRE, Alors Vincent est parfait, complet, solide sur ses propres bases. Je ne sais pas ce qu’il perçoit des vibrations du monde, comme il ne sait pas ce que j’en perçois et alors ? Je ne sais pas non plus ce que vous percevez, et c’est très bien comme cela.

Depuis presque 10 ans j’écoute « ses chansons », celles qu’il produit en jouant perpétuellement avec ses cordes vocales, il l’aime cette vibration c’est sa richesse sonore à lui et elle est magnifique.

Les seuls sons que je veux entendre sortir de ses lèvres sont ceux qui sortent du plus profond de lui, de son ventre, de son âme, de ses tripes, de sa volonté et rien d’autre, et peu m'importe si ce ne sont pas des mots.

Maintenant j’écoute les préludes et fugues de Bach, les notes comme des perles m’abreuvent de bonheur.

Mon fils, j’aime ta voix qui vocalise, et ta parole signée, et j’espère que tu ne te laisseras jamais étourdir par les mondes artificiels et mécaniques que les grands industriels veulent imposer au monde et à tes amis sourds. Tu es complet, il ne te manque rien, ne crois jamais ceux qui te disent autre chose.

Repost 0
Published by catherine Vella
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 20:25

Quel rire ce soir, Vincent et moi, à table. Et pourquoi riions nous tous les deux ? Nous imaginions une scène : Vincent allant porter plainte au commissariat de Montreuil pour dénoncer la bêtise d'une personne.
Ces rires cachent pourtant l'amertume et la déception.
Il rêvait d'une activité sportive cette année mais le président du club a refusé qu'il puisse s'y inscrire un jour , en mode :
lui : "il est sourd ? mais sourd sourd ? ah ! Donc il n'entend pas ?"
moi : "non mais ne vous inquiétez pas quelqu'un sera avec lui au début pour traduire "
lui : "non non impossible, c'est hors de question qu'il y ai quelqu'un en plus ".
Et bien il va se le garder son club cette personne si ouverte et accueillante !
Nous étions en colère tous les deux et puis nous avons ri de sa bêtise.
Vincent voulait porter plainte pour bêtise, zut, ce n'est pas dans les lois, c'est bien dommage cela !

Repost 0
Published by catherine Vella
commenter cet article
4 septembre 2016 7 04 /09 /septembre /2016 21:05

Les vacances sont terminées, l’école a repris, encore une année de gagnée sur le sort, encore une année de chance extrême dans la classe bilingue de Bobigny.

Comme je ne sais pas où Vincent ira au collège, je savoure cette rentrée si ordinaire.

Pas de collège bilingue en Seine-Saint-Denis, pas non plus à Paris ! Deviendrons-nous, nous aussi des exilés scolaires ?

Cette année commence une nouvelle bataille pour son droit d’être un petit citoyen de ce pays, pour son droit à l’éducation.

Ce soir, les images, les émotions de ces vacances remontent à ma mémoire, elles me donnent de la force et de la confiance en nous tous et nous toutes.

Ces vacances c’est d’abord, une fête dans un jardin extraordinaire, entourés d’êtres magnifiquement humains, un moment d’air pur pour nos cœurs et nos cerveaux. Cette assemblée bigarrées et hors normes, le partage d’un repas, d’une après-midi avec des personnes devenues chères à nos cœurs, a été pour nous une belle bouffée d’oxygène !

Ensuite, cette Bretagne de Cornouaille, ses pierres, ses landes, ses dunes, son océan, cela nous a procuré des sensations fortes qui nous ont rendu l’énergie perdu dans la tempête de l’année qui venait de s’écouler.

Et enfin Douarnenez, le Chapiteau du festival, le bouillonnement des idées, des luttes identiques bien que diverses, les amis, la LSF, Fabrice, Fred, Vincent le grand, Marik, Regine, Delphine, Laure, Sonia, Julia, Isabelle, Levent, chou, Françoise, Danielle et tous les autres.

Un pique nique dans un lieu hors du temps, des animaux, des paroles, des signes, et Vincent le petit qui écoute, écoute tellement attentivement !

Vincent était si heureux !

Il a des instants, comme ceux passés cet été où le temps s’arrête, à la fois hors du temps mais pourtant tellement dans la réalité !

Nos revendications aux unes, aux uns et aux autres semblent simples, le droit d’être, d’être tel qu’on est, tel qu’on est né, ou tel qu’on se sent être. Nous revendiquons une langue, une culture, une marnière d’être au monde, mais cette bataille pour la vie debout, pour la dignité, pour notre humanité, semble déstabiliser totalement les normes établies. Cela se sent aux résistances que nous rencontrons, les mêmes en fait quelques soient nos luttes. Ces puissants aux pieds d’argiles aimeraient tant que nous rentrions dans le rang, et bien non, nous ne lacherons rien !

Et le retour, Vincent a de grosses larmes sur les joues, c’était si bien sur la place du chapiteau, sa langue était partout, ses amis étaient là, les petit et les grands, les sourds et les entendants.

Une semaine après, ces jours en Pays de Douarn sont encore dans nos têtes et dans nos cœurs ? Vincent est toujours un peu triste. Nous, nous avons repris des forces et fait le plein d’arguments et de moyens de mener nos batailles. Nous avons retrouvél’énergie de tenir bon dans nos convictions et nos revendications. Mais nos cœurs sont lourds, nos amis nous manquent.

Cela a donc été un moment extraordinaire que nous n’oublierons pas de si tôt, que ce soit Vincent ou nous !

été 2016
Repost 0
Published by catherine Vella